Les Ouagalais se sont « défoulés » par le rire et l’humour

La IVe édition du Festival international du rire et de l’humour de Ouagadougou (FIRHO) s’est tenue, les 10,11 et 12 mars 2011. L’ouverture officielle a eu lieu le jeudi 10 mars au CENASA et était présidée par le ministre de la Culture, du Tourisme et de la Francophonie, Filippe Savadogo.

C’est un grand public ouagalais qui a fait le déplacement dans la salle de spectacle du CENASA pour se distraire, se décompresser et se libérer des fortes émotions et des situations de stress.

Le rire et l’humour étaient au rendez-vous pour la quatrième fois {consécutive|de suite}, depuis la création du festival en février 2008. « Festival en Afrique : enjeux et perspectives » est le thème de cette édition 2011 qui vise la promotion de ce genre culturel au Burkina Faso. Elle a enregistré la participation d’acteurs humoristes venus du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Mali, de la France et du Burkina Faso.

La promotrice du FIRHO, Augusta Palenfo, dans son {mot|allocution} de bienvenue, a d’abord souhaité que ce festival soit un cadre de réflexion artistique véritable et de partage d’idées entre tous les acteurs. Toujours selon elle, outre les soirées grand public prévues à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, un concours intitulé « nouveaux talents » ainsi que des colloques ont été organisés afin de permettre à tous ces acteurs humoristes et partenaires d’échanger sur divers aspects organisationnels du festival. Et Augusta Palenfo de poursuivre : « l’humour est une affirmation de la dignité, une déclaration de la supériorité de l’homme face à ce qui lui arrive. Il peut non seulement avoir un effet thérapeutique à court terme mais aussi sauver des civilisations toutes entières », a indiqué la promotrice.

Pour le directeur général de la CAMEG, Lazare Banssé, parrain de ce quatrième FIRHO, représenté par Milaïlou Kéré, chargé de la communication de cette structure, le courage et la détermination de tous les acteurs sont à saluer en dépit des aléas matériels et financiers qui n’ont pas empêché la tenue et le succès de cet événement majeur. « Le rire est une thérapie gratuite accessible à tous. Outre le fait qu’il détourne l’attention portée à la douleur, il vous transforme intérieurement dans un sens poétique en multipliant les échanges respiratoires, en renforçant les défenses immunitaires. L’humour, quant à lui, joue un rôle essentiel dans l’équilibre de la personne, il libère les tensions et préserve la santé. Il est aussi une démarche pédagogique pour enseigner les valeurs de la vie en société ou pour rectifier des travers de comportement dans une bonne ambiance d’écoute », a-t-il déclaré. Aussi, au regard de toutes ces vertus, le représentant du parrain a estimé que si le FIRHO n’existait pas, il aurait fallu le créer.

Le ministre de la Culture, du Tourisme et de la Francophonie, Fillipe Savadogo a, pour sa part, indiqué que des initiatives comme le Festival du rire et de l’humour doivent être encouragées. « Les gens nous viennent du théâtre, du cinéma et entre deux grands événements comme le FESPACO, il faut bien poursuivre la quête de l’excellence artistique », a-t-il indiqué. Après ces interventions, le public a eu droit à des prestations humoristiques de talentueux acteurs comme :ATT Junior du Mali, Eric Gayégo et le général DJ Pacos du Burkina Faso, le Major Akoa André du Cameroum et l’inimitable Kôrô Abou de la Côte d’Ivoire qui ont fait rire toute la salle pendant deux heures d’horloge environ. L’artiste-musicienne Oumou Zangoli et l’orchestre Bétika ont apporté à cette soirée, une bonne ambiance musicale pour détendre davantage le public.

Privat OUERAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *