Gombo.com relève le challenge

La première édition de « Top vacances humour » s’est déroulée, le samedi 25 août 2012, à Ouagadougou, sous le thème : « Kareme, pas de caramel ni de caresse ». Le duo ‘’Gombo.com’’ accompagné de plusieurs autres humoristes ont livré un spectacle époustouflant à la Maison du peuple qui, pour la circonstance, a fait le plein.

Le samedi 25 août 2012, aux environs de 19heures, le ciel était menaçant sur la Maison du peuple. Malgré cela, de nombreux spectateurs, tickets en main, étaient déterminés à accéder l’intérieur de la bâtisse. A 19h 45, l’animateur-vedette, Alain-Alain, déroule le chronogramme de la soirée avec en sus, des brèves humoristiques pour donner le ton de la soirée. Continuer la lecture de « Gombo.com relève le challenge »

Faits divers de Sacré : Le divorce de l’instituteur

La petite Yéri a 14 ans avec un physique et une beauté qui promettent. Yéri sera une très belle créature ; c’était sûr et il n’était pas besoin d’être grand clerc pour s’en apercevoir. Déjà les hommes lui décochaient des regards coulants d’envie. Du lot, l’instituteur du coin. Mais Yéri étant trop jeune pour saisir ces muettes avances, l’instituteur fera carrément la cour à ses parents. Aux mois de carême il leur envoyait du sucre et des fruits, se proposait de rendre de menus et grands services ; et pendant les vacances il participait aux travaux champêtres de la famille. Il était toujours là même quand on n’avait pas besoin de lui. S’étant fait adopter par cette famille, il finit un jour par avouer au père les sentiments qu’il ressentait pour Yéri. Bref, Continuer la lecture de « Faits divers de Sacré : Le divorce de l’instituteur »

Festival International du rire et de l’humour de Ouagadougou

Le talent des artistes humoristes de la sous-région était à l’honneur du 10 au 12 mars à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso, à la faveur de la 4e édition du festival international du rire et de l’humour de Ouagadougou (FIRHO).

Kôrô Abou, {le comédien|l’humoriste} ivoirien, connu à travers de nombreuses séries télévisées dont « Nafi », a émerveillé les spectateurs de la cérémonie d’ouverture de la 4e édition du festival international du rire et de l’humour de Ouagadougou (FIRHO). En effet, au cours du spectacle d’ouverture {du festival|de la manifestation} intervenue dans la soirée du 10 mars 2011 au Centre national des arts du spectacle et de l’audio visuel (CENASA), Kôrô Abou a surpris les spectateurs en présentant un numéro dans un mooré soutenu. Le {le comédien|l’humoriste} a fait rire l’assistance à gorge déployée aussi bien dans le langage Nouchi que dans le dialecte de M’ba Goama. Ce fut une surprise pour beaucoup d’admirateurs du comédien. Un spectateur, visiblement ému et fier de ce mariage linguistique, s’est exclamé en ces termes : « Vous voyez, il démontre que Burkinabè et Ivoiriens sont vraiment des membres d’une même famille ».

Tout comme Kôrô, le Camerounais, Major André Akoa, le Malien, ATT Junior, le Togolais, Folo Foli, ont assuré un spectacle hilarant à la hauteur des attentes des spectateurs parmi lesquels on comptait des personnalités dont le ministre de la Culture, des arts, du tourisme et de la Francophonie, Filippe Savadogo les ambassadeurs d’Allemagne et du Mali et Mickaïlou Kéré, le représentant du DG de la Centrale d’achat des médicaments génériques (CAMEG), le parrain de l’édition. L’initiatrice de la manifestation, Augusta Palenfo, a été félicitée par le ministre en charge de la Culture et le représentant du parrain, pour le caractère intégrateur du festival. « Les artistes ont un rôle important dans le processus d’intégration entre les peuples des différents pays d’Afrique et du reste du monde ; le FIRHO nous en donne la preuve », a relevé le ministre en charge de la Culture.

Yembi Richelieu ZONGO

2 jours de rakiré entre Mossi et San

Dans le cadre de ses activités, l’Association Sitoi-Lawa (A.Si.La), en collaboration avec les associations sœurs et la communauté San résidant à Ouagadougou, organise ces 48 heures du Rakiré (San – Mossi) sous le co-parrainage de sa Majesté le Mogho Naaba Baongho, et du Colonel Mamadou Djerma, Grand Chancelier des Ordres burkinabè. Les dates retenues sont le 26 et le 27 juin 2010 sur le terrain de sport, côté sud du Palais de sa Majesté le Mogho Naaba Baongho, Empereur des Mossé à Ouagadougou, selon les termes de la correspondance parvenue à notre rédaction. L’objectif de ces manifestations est de sauvegarder nos valeurs culturelles et de renforcer la cohésion sociale entre les communautés par le jeu des alliances, gage de stabilité et de développement de notre pays. Cet événement sera présidé par le ministre de la Culture, du Tourisme et de la Communication, porte-parole du gouvernement. Au menu, diverses activités comme le football, la lutte, des sketchs, etc.

Son Excellence… Blaise Compaoré President du Faso pour 5 minutes

En 2002 et plus particulièrement pendant l’élection présidentielle de 2005, le public burkinabè découvrait avec étonnement et humour, une autre « Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, Président du Faso ». Son langage, son accoutrement (gros boubou et bonnet), ses gestes, tout concoure à faire de cet homme un autre Blaise Compaoré. La mayonnaise du sosie a bien pris. Le public s’est bien marré. C’était une première au Burkina d’imiter des personnalités de haut rang. Continuer la lecture de « Son Excellence… Blaise Compaoré President du Faso pour 5 minutes »

Parenté à plaisanterie : Un ciment social au Burkina

Au Burkina Faso, la parenté à plaisanterie est une pratique légendaire qui existe entre les ethnies, les clans et les individus de générations différentes. Le corps d’un défunt peut être un sujet de raillerie, par le biais des alliances. Aussi, cette pratique traditionnelle permet de calmer les tensions au sein des communautés. Continuer la lecture de « Parenté à plaisanterie : Un ciment social au Burkina »

Parenté à plaisanterie : Valoriser la culture burkinabè

association-grace-theatre-federation-cartelL’Association grâce théâtre fédération cartel (AGTB) a lancé dans la nuit du 17 décembre 2009 à Ouagadougou, la IIe édition des Nuits internationales de la plaisanterie. A l’affiche, plusieurs humoristes.

Au total, 8 humoristes professionnels venus d’horizons divers de la sous-région, de 4 troupes locales ont entretenu le public présent dans la nuit du 17 décembre 2009 au Festival de la cité An III de Ouagadougou. Continuer la lecture de « Parenté à plaisanterie : Valoriser la culture burkinabè »